Power

About power knowledge

Q.rad, ou comment vendre de la puissance de calcul à la demande et de la chaleur !

0

La technologie Q.rad
Q.rad [kyu rad], N : Radiateur électrique dont la source chaude est constituée de processeurs de calcul. Totalement silencieux, le dispositif reçoit ses instructions de calcul via le réseau Internet domestique. La chaleur dégagée par l’exécution des calculs permet de chauffer gratuitement et efficacement les habitations et locaux professionnels.
Un système de régulation par thermostat permet d’adapter la puissance de calcul en fonction de la température souhaitée par les occupants.
tech_img2
qrad_fr
La plateforme de distribution Q.ware
Grâce à la plate-forme Q.ware, les calculs de nos clients sont distribués de manière sécurisée sur les milliers de processeurs du parc de Q.rads. Pour chaque nouveau calcul, le Q.ware analyse la charge et la distribue sur des Q.rads qui sont automatiquement bootés avec l’OS adapté dans une logique de « bare metal ».

tech_ware

source : Qarnot Computing

Intel cible les fournisseurs/hébergeurs de cloud avec le nouvel processeur Atom C2000

0

Intel apporte sa contribution dans le cloud au travers de ses puces Atom de faible puissance. Aujourd’hui, le fondeur a annoncé la disponibilité commerciale de produits basés sur le nouveau processeur Atom C2000, une puce de faible puissance précédemment connu sous le nom de code Avoton. La nouvelle puce est conçu pour apporter l’efficacité de la puissance des téléphones mobiles dans les environnements de cloud hyperscalable.

Intel annonce que cette nouvelle puce de 22nm lui permettra également de se développer dans des domaines tels que le stockage à froid et celui des équipements réseau d’entrée de gamme.

Un autre domaine a développer selon Intel est celui de l’efficacité énergétique dont les opérateurs de datacenter sont en recherche permanente pour l’ensemble de leur infrastructure.

“Alors que le monde devient de plus en plus mobile, la pression pour soutenir des milliards de dispositifs et d’utilisateurs connectés est en train de changer la composition même des datacenters, a déclaré Diane Bryant, vice-président senior et directeur général du groupe “Datacenter and Connected Systems” chez Intel. Avec l’Atom C2000, nous annonçons un changement en adressant un nouveau marché de produits optimisées et qui répondent à un éventail de charges de travail bien spécifiques pour une plus grande efficacité des datacenter.”

ATOM Avoton

Plaquettes du nouveau processeur Intel Atom C2000, qui a été lancé aujourd’hui et est disponible en 13 configurations différentes pour des tâches informatiques spécialisés. (Photo: Intel)

Source et suite de l’article (en anglais)

KPI DCEM – un nouvel indicateur d’efficacité des datacenter

0

KPI DCEM – un vrai indicateur d’efficacité des datacenter

KPI DCEM pour DataCenter Energy Management, est un indicateur d’efficacité énergétique des datacenter produit par l’ETSI (European Telecommunications Standards Institute) et devient ainsi un indicateur standardisé.

Il a été produit en réponse au mandat M/462 de la Commission Européenne, au travers une spécification de groupe (GS) produite par l’ISG (Industry Specification Group) OEU (Operational energy Efficiency for Users) de l’ETSI avec le support du CTO Alliance/CRIP pour définir les outils les plus efficaces.

Il définit les indicateurs-clés de performance relatifs à la gestion énergétique dans les centres de calcul d’opérateur (ODC), les sites opérateurs (OS) et les centre de calculs des clients, et traite de quatre KPIs objectifs :

  • Consommation d’énergie,
  • Efficacité de traitement,
  • Réutilisation d’énergie,
  • Énergie renouvelable.

Un KPI global combinant ces quatre KPIs d’objectifs.

DCG définit la gabarit de consommation d’énergie du centre de calcul (Datacenter) et DCPdéfinit la performance du centre de calcul selon le gabarit associé.

KPI DCEM

Le KPI global KPIDCEM  est présenté comme une combinaison de deux valeurs, DCG et DCP, sous la forme suivante:

Gabarit, Classe ; par exemple :  XL, C

Ce document est disponible ici

eBay propose une méthode pour mesurer l’efficacité énergétique des datacenters

0

Dans le domaine des datacenters, on entend couramment dire qu’on ne peut pas gérer ce que l’on ne peut pas mesurer. Désormais, grâce au système de mesure mis au point par eBay, il va être possible de calculer l’efficacité des centres de calcul.
La méthode inventée par eBay pour mesurer l’efficacité énergétique des datacenters permet d’évaluer le coût des opérations IT en dollars, en kilowatts-heures et en équivalents carbone, et de réunir ces résultats dans une présentation métrique unique. En ce qui concerne eBay, la méthode va lui permettre de mesurer la performance des transactions d’achat et de ventes réalisées par ses clients sur eBay.com.

Digital Service Efficiency

Le tableau de bord développé par eBay pour mesurer l’efficacité de ses serveurs

« Les résultats sont traduits en un équivalent « litres consommés par kilomètre » pour les centres de calcul, qui peut servir de repère aux entreprises pour suivre l’évolution de leur consommation énergétique », a déclaré Dean Nelson, responsable de Global Foundation Services chez eBay, un service qui gère les datacenters du site d’e-commerce dans le monde. « eBay fonctionne comme une entité unique, mais le système regroupe des millions de composantes, et nous avions besoin d’un moyen pour mesurer et connaître l’efficacité de ce système », a-t-il déclaré mardi lors du Green Grid Forum, une conférence consacrée à l’efficacité énergétique des datacenters qui s’est tenue à Santa Clara, Californie.

En rendant sa méthode publique, eBay espère que d’autres entreprises l’adopteront aussi, de la même manière que l’industrie a adopté le Power Usage Effectiveness, ou PUE, comme indicateur global de l’efficacité énergétique des centres de calcul. Le système de mesure mis au point par eBay se présente sous forme de tableau de bord. Nommé Digital Service Efficiency (DSE), cet indice va plus loin que le PUE selon eBay, puisque les mesures portent sur l’infrastructure informatique et qu’elles sont reliées avec quatre paramètres très importants pour les responsables IT : les recettes, la performance, l’impact environnemental et le coût.

52 075 serveurs physiques chez eBay

Pour convaincre du bien fondé de sa méthode, eBay a livré de nombreuses informations sur ses propres datacenters, ce qui est assez inhabituel. On apprend ainsi que, à la fin de l’année dernière, eBay faisait tourner 52 075 serveurs physiques, générant 740 tonnes de carbone par million d’utilisateurs, soit 1,6 tonne par serveur. « Cette année, eBay s’est fixé comme objectif de réduire de 10 % son coût par transaction et ses émissions de carbone par transaction, et d’augmenter le nombre de transactions par kilowatt-heure d’autant », a déclaré Dean Nelson. Par contre, les coûts en dollars, considérés comme des données sensibles vis-à-vis de la concurrence, n’ont pas été divulgués. « L’idée n’est pas de permettre à tous de connaître nos bénéfices et nos pertes, mais d’élaborer un indicateur capable de montrer les progrès que nous réalisons chaque année en matière d’efficacité énergétique », a déclaré Rohini Jain, responsable financier de l’infrastructure technologique d’eBay.

Comparativement, le géant de l’Internet a livré plus de données que ne le font la plupart des autres entreprises. Par exemple, quand il communique sur l’efficacité énergétique de ses installations, Google ne divulgue jamais le nombre de serveurs qu’il exploite, ni quelle quantité d’énergie consomment ses datacenters. Mais les autres entreprises auront peut-être du mal à reproduire la méthode d’eBay. En effet, pour évaluer sa performance, la mesure que doit effectuer eBay est assez simple : compter le nombre de transactions réalisées par ses clients, c’est-à-dire décompter les URL. Or la plupart des entreprises ont des business modèles plus complexes. Par ailleurs, eBay a aussi la particularité d’être une entreprise orientée sur la technologie, elle a tout intérêt à investir dans des projets d’économie d’énergie.

Un parc solaire pour alimenter ses datacenters

Au mois de décembre dernier, le géant de la vente aux enchères sur Internet a mis en route son premier parc solaire, d’une puissance de 650 kilowatts, et il prévoit d’installer des piles à combustible Bloom plus tard cette année lesquelles fourniront jusqu’à 6 mégawatts d’électricité. « Chez eBay, toutes les équipes – software, hardware, opérationnelles et financières – sont concernées par le projet », a ajouté le responsable de Global Foundation Services. Par exemple, les développeurs de logiciels se sont employés à ajuster la quantité de mémoire utilisée par un pool de serveurs. Ils ont permis d’éliminer 400 machines et d’économiser un mégawatt », a-t-il déclaré.

Dean Nelson a aussi rappelé que, lors de son introduction il y a 6 ans par le Green Grid Forum, le PUE avait été mal accueilli. « Mais depuis, l’indice de mesure a été largement adopté ». Comme le PUE, le DES, qui fournit une mesure en « litre consommé par kilomètre », n’est pas forcément utile en soi, mais il pourrait donner aux entreprises un point de repère pour évaluer leurs progrès. « L’an dernier, eBay a comptabilisé 46 000 transactions par kilowattheure. Est-ce une bonne performance ? Nous ne le savons pas, car nous n’avons aucune référence pour le savoir », a déclaré Dean Nelson. Cette année, eBay – et d’autres – pourra le vérifier.

Source Le mode du Cloud

Google économise un milliard de dollars grâce au Green IT

0

Le 09 octobre dernier, Google a convié une poignée d’institutions à une réunion sur le thème de « la contribution du numérique à la transition énergétique ». L’Alliance Green IT et GreenIT.fr y étaient conviés. Nous sommes une dizaine de personnes, représentants principalement d’associations professionnelles, politiques ou gouvernementales.

Sous prétexte de « transition énergétique » à la mode, l’objectif de la réunion est de présenter les actions que mène Google en matière de consommation énergétique et de réduction de son empreinte carbone. La présentation est plutôt réussie même si elle ne révèle pas vraiment de scoop, tout ce qui est présenté est déjà disponible sur www.google.com/green.

D’une façon générale, si toutes les entreprises avaient la même politique environnementale que Google, tous les consultants en Green IT seraient millionnaires car les initiatives sont nombreuses et variées… Parmi toutes les mesures qui nous sont présentées, on notera :

  • Le fameux datacenter finlandais avec un PUE qui flirte les 1,2 et qui est refroidi à l’eau de mer.
  • L’utilisation massive (un tiers de leur consommation) d’électricité d’origine renouvelable soit par l’achat de certificats verts, soit par l’implantation directe de parc éolien.
  • La compensation carbone. Selon Google, leur consommation électrique en 2011 s’est élevée à 2 675 898 MWh, soit 1,3% de la consommation mondiale des Datacenters.

Certes il est plus facile pour Google d’être « vert » car ils partent d’une feuille blanche. Pour une entreprise qui a des dizaines d’années d’histoire avec son système d’information, la démarche est un peu plus complexe. Il n’en reste pas moins que de nombreuses idées ont été mises en pratiques et que, selon Google, faire du Green IT n’a pas contribué à augmenter les dépenses, bien au contraire. L’ensemble des mesures mises en œuvre aurait permis de baisser la facture électrique de l’ordre d’un milliard de dollars. Et, visiblement, c’est bon pour leur image.

Source : GreenIT.fr

Quelle Maturité pour la Mesure du PUE ?

1

Le PUE est un indicateur « synthétique, efficace et reconnu permettant une évaluation rapide de l’efficacité énergétique d’un centre informatique. Il permet également de comparer les centres informatiques entre eux et de déterminer si des améliorations d’efficacité énergétique sont nécessaires.

Introduction

Le PUE (« Power Usage Effectiveness »)(1) proposé par l’association de professionnels de l’informatique « The Green Grid » (TGG) est un indicateur « synthétique, efficace et reconnu permettant une évaluation rapide de l’efficacité énergétique d’un centre informatique. Il permet également de comparer les centres informatiques entre eux et de déterminer si des améliorations d’efficacité énergétique sont nécessaires. »

(1) Formule du PUE : PUE = Puissance Totale du Site / Puissance Informatique

Mesurer le PUE – Description des Niveaux de Précision

Comme tout indicateur, son niveau de précision dépend de la qualité des valeurs utilisées pour le calculer. S’agissant ici de valeurs mesurées, « The Green Grid » définit 3 niveaux de précision du PUE. Ces 3 niveaux sont fonction des points ou sont mesurées les différentes puissances ainsi que de l’intervalle de ces mesures (cf. Tableau 1):

PUE_niveau3
Tableau 1

Le Niveau 1 (de Base) implique de collecter au minimum mensuellement les mesures de puissance au niveau des ASI et du poste de livraison du site. (cf. Schéma 1).

Le Niveau 2 (intermédiaire) implique de collecter au minimum quotidiennement des mesures prises sur les tableaux divisionnaires alimentant les équipements IT et la globalité des distributions qui alimentent les climatisations et les servitudes du centre informatique (climatisation, éclairage, sécurité, etc. cf. Schéma 1).

Le Niveau 3 (avancé) implique de collecter en continu (par exemple toutes les 15 mn) les consommations électriques a un niveau détaillé des infrastructures informatiques et a un niveau détaille des systèmes de climatisation et des servitudes (cf. Schéma 1).

Mesurer et calculer un PUE au niveau 1 ne requière pas d’équipements complémentaires de mesurage. Tout site possède un compteur EDF. Les ASI (sauf les plus anciennes) possèdent une mesure de puissance sur la Haute Qualité.

Le niveau 2 requière une instrumentation en mesurage bien plus complète. Celle-ci peut s’installer par étapes suivant les infrastructures de la distribution électrique. Il est important en premier de bien isoler les gros consommateurs liés aux systèmes de climatisation et aux servitudes

Le niveau 3 est un niveau très détaillé. Il permet une analyse fine de diverses consommations. Cette finesse est à la fois sur les équipements consommateurs mais aussi dans leurs fluctuation dans le temps. En effet le PUE est une donnée qui est annuelle mais dont les constituants sont aussi saisonniers (été, hiver, Nuit, jour, etc.) Un Niveau 3 offre d’analyser finement quels sont les contributeurs principaux et de définir précisément les axes sur lesquels des actions d’amélioration peuvent être envisagées pour optimiser un PUE.

La synchronisation des mesures est elle aussi importante, par exemple :
• Pour les processus « de Base » et « Intermédiaire», il est recommandé que toutes les mesures soient prises approximativement à la même heure et quand l’activité du centre informatique est la plus équivalente possible aux mesures antérieures.
• Pour faire des comparaisons semaine par semaine, à raison d’une mesure par semaine, il est recommandé que le jour de la semaine soit le même pour obtenir des mesures comparables.
Il ne faut également JAMAIS prendre les puissances « plaque » des équipements, informatiques ou autres, seules les mesures donnent les valeurs exploitables pour les calculs du PUE.

mesure_pue
Schema 1

Quelle maturité pour le PUE ?

Cet indicateur reflète une efficacité énergétique. Toute les actions d’amélioration permettant de réduire le PUE démontrent une maturité pour le PUE. La maturité pour le PUE est donc le résultat des actions faites pour l’améliorer et de la finesse des mesurages permettant d’identifier les actions pouvant encore être réalisée.

Suivant les premiers résultats d’une enquête du TGG portant sur 25 sites, cette enquête montre que:

· 5 sites ne s’en sont pas encore préoccupés

· 16 sites ont été mesurés ponctuellement ou vont l’être (sans indication de valeur)

· 4 sites sont mesurés régulièrement, dont 3 reportent un PUE « autour de » 2 et un site un PUE de 1.65

Petit à petit, les données permettant la création de référentiels vont être collectées. Mais la vitesse à laquelle ces référentiels seront mis en place ainsi que leur précision dépend directement de la volonté des responsables d’exploitation à s’engager dans cette démarche et donc de mesurer et diffuser leur PUE. Le Code de Conduite proposé par les instances internationales et supporté par les gouvernements Européen est le cadre de cet engagement. Il n’est pas aujourd’hui obligatoire. Mais on peut croire que, comme pour la qualité avec les normes ISO 9000 et 14 000, il sera plus que nécessaire de s’y conformer et ceci rapidement.

Les recommandations du TGG sur le PUE proposent un cadre ou les paramètres de mesurage du PUE sont définis par des niveaux. Rien n’empêche d’être meilleur. Par exemple Un Niveau 1 peut être plus précis si les mesures sont effectuées chaque heure.

Conclusion

L’environnement international économique et politique actuel, invitant fortement les industriels à améliorer leurs performances énergétiques, va certainement contribuer à accélérer la tendance à ce jour en timide croissance consistant à mesurer, se positionner et améliorer son PUE.

by Apis Engineering

Distribution en 400 volts AC

0

Avec le prix du kW/h en hausse et l’application de la taxe carbone, la puissance consommé dans un centre de données est de plus en plus un facteur important dans la recherche de la réduction énergétique.
Cela déclenche des nouvelles idées et des expérimentations toutes plus intéressante les unes que les autres.
Aujourd’hui nous allons voir les initiatives de Emerson Network Power et Eaton Corp dans ce domaine.

Dans cette vidéo, Robert Faulkner, donne un aperçu d’une distribution à 415 volts, qui est largement utilisée en Europe, et les avantages potentiels qu’elle offre pour le déploiement en Amérique du Nord.

Cette vidéo dure environ 3 minutes 45 secondes.

Data Center Best Practices

0

Le sommet, Energy Efficient Data Center Summit en avril a réuni un grand nombre de leaders de l’industrie, concernant la mise en place de bonnes pratiques pour l’exploitation des centres de données et une séance de questions-réponses mettant en vedette Kenneth Brill du Uptime Institute, James Hamilton d’Amazon Web Services, Olivier Sanche d’eBay et Bill Tschudi de Lawrence Berkeley National Labs.

Le groupe fut animé par Luiz Barroso, un éminent ingénieur chez Google.

La discussion fut très intéressante sur des sujets comme : les niveaux de  fiabilité et l’importance relative du matériel et des logiciels en differnet types de centres de données.

Cette vidéo dure environ 30 minutes.

Ne manquez pas les autres couverture de Google sur notre site :

* A l’intérieur d’un datacenter Google
* Google dévoile le type d’architecture d’un de leur serveur WEB
* Google les datacenter les plus efficace du monde
* Google pense créer des datacenter flottant


Les premiers serveurs 12 volts font leur apparition

0

La société “Rackable Systems” vient de dévoiler son premier système rackable qui ne nécessite pas d’alimentation ni de ventilation.

leur solution est composée de rack serveurs de 22 ou 44 RU, les serveurs “CloudRack C2″ n’ont pas d’alimentation 230v.  ni de ventilateur pour refroidir les composants.

La conversion AC/DC ainsi que le refroidissement est géré par le rack lui même, ce qui apporte un gain considérable énergétiquement parlant.

Ces serveurs peuvent fonctionner à des températures d’environ 37 °C

[ad]

A l’intérieur d’un Datacenter de Google

0

Google va bientôt publier des vidéos d’un grand nombre de sessions présenté à la Google Data Center Efficiency Summit qui a eu lieu mercredi, à Mountain View, Californie.

En attendant, voici un avant-goût avec une vidéo d’un centre de données Google, qui utilise des conteneurs de transport pour stocker les serveurs et le stockage.

Le sommet a été un événement pour les ingénieurs et les cadres supérieurs du métier, avec comme sujet, les innovations pour améliorer l’efficacité des centres de données.

Google a été un des premier à les utiliser car il a construit cette installation fin  2005.

Le “Hangar” est rempli de 45 conteneurs, certains sont stockés sur les autres.

Chaque conteneur peut contenir jusqu’à 1160 serveurs et utilize 250 kilowatts d’énergie électrique.

La densité est de 8 kW par m² et la température des allées chaude ne dépasse pas les 27 degrés celsius.

Cette vidéo dure environ 5 minutes et 45 secondes.

[ad]

Go to Top
%d bloggers like this: